Préservation de la biodiversité à travers la pratique de l’agriculture urbaine par des femmes handicapées moteur
Préservation de la biodiversité à travers la pratique de l’agriculture urbaine par des femmes handicapées moteur
Parmi les constituants de la biodiversité en péril se retrouvent les végétaux propres à la nutrition et à la bonne santé de l’homme. En effet, les mauvaises pratiques agricoles faisant un usage inapproprié des pesticides ont grandement
Contribué d’une part à faire perdre les valeurs naturelles des produits agricoles et d’autre part à les rendre plutôt nocif à la consommation humaine. Parmi les produits agricoles de première nécessité se trouvent les légumes et les aromates indispensables à la nutrition et également utilisés dans la pharmacopée traditionnelle. Les légumes et aromates de mauvaises qualités présents dans les marchés urbains se détériorent rapidement et ne remplissent plus leurs fonctions nutritives et médicinales naturelles de manière optimale.
D’autre part, il existe une couche marginale de la population mondiale, les handicapés, qui est en marge de l’activité agricole en général. Parmi ces handicapés, les femmes handicapées sont majoritaires et doublement marginalisées dans le contexte social africain. Selon les enquêtes menées au cours de leurs activités sur le terrain par l’APHMC, les femmes
Handicapées ne parviennent pas, malgré leur bonne volonté, d’entreprendre dans les domaines agricoles à cause de leur handicap physiques qui rend inaptes à l’agriculture classique. L’agriculture urbaine est une solution que les femmes handicapées moteur apportent aux problèmes liés à la perte des
Valeurs nutritives et médicinales naturelles des plantes qu’elles utilisent au quotidien pour se nourrir et pour se soigner. Cette forme d’agriculture biologique qualifiée d’inclusive est pratiquée sur des espaces réduits, adaptable aux conditions physiques de l’agriculteur handicapé, privilégiant le recyclage d’objets et matériaux locaux divers comme espaces de culture de produits sains propres à la nutrition et à la santé du consommateur. Cette méthode culturale encourage à « trouver une bonne combinaison des mesures durables à la demande croissante d’aliments sûrs et nutritifs …accélérer la croissance de la production, améliorer la performance environnementale et l’adaptation au
Changement climatique et renforcer la capacité des ménages agricoles à surmonter les chocs qui ébranlent les marchés …». L’agriculture urbaine permet donc la résilience aux changements climatiques autant qu’elle peut être une solution aux risques alimentaires en rapport avec la prolifération des produits chimiques/polluants qui menacent l’agriculture Camerounaise encore embryonnaire et nuisent à la santé des populations.
L’approche privilégiée dans le cadre de ce projet est la formation à travers des séminaires sur la culture hors sol, culture mobile, dans des bacs, les pots, les roues et divers objets recyclables de l’environnement immédiat de l’agriculteur urbain (vielles chaussures, chapeaux, sacs usés, etc,) associé au compostage, qui permettent de constituer des microclimats indispensables aux brusques variations climatiques.
Les principales étapes du projet :
- En première étape, Il y aura la formation/recyclage de 20 femmes handicapées moteur en techniques d’agriculture urbaine.
- La deuxième étape consistera à la mise en place de 03 espaces de démonstration à Biyem-Assi, Mendong, Simbock et une parcelle commune à Eloumden2.
- La troisième étape consistera à la facilitation à la commercialisation (une mini épicerie et potagers « prêts à porter ») au marché communal à Biyem-Assi.
Les légumes et aromates sont produits et conservés de manière quasi naturelle. Les valeurs essentielles naturelles des cultures sont préservées, les terres de culture sont continuellement enrichies au compost et les risque de pollutions chimiques sont réduits autant que les affres des variations climatiques sont maitrisées. Site du projet : Le projet est localisé en une zone urbaine, à Yaoundé et dans le sixième des sept arrondissements qui
constituent ce chef-lieu de la région du Centre. Yaoundé est une communauté constituée de 1 881 876 habitants ; sa superficie est de 297 Km2 avec une densité de 6336 habitants par km2. Elle a pour coordonnées 3e 5e nord et 110 31’est. Biyem-Assi, chef-lieu du VIe arrondissement et siège social de l’APHMC (Association des Personnes Handicapées Moteur du Cameroun) de cette communauté est fortement peuplée. La culture des fleurs et autres plantes ornementales est l’activité prioritaire des jardins publics qui y croissent au jour le jour. les domiciles privés sont également épris de cette culture florale au détriment des jardins de cases qui privilégient la culture des légumes et aromates pour la consommation des ménages. Lors des expositions des potagers mobiles « prêts à porter » de l’APHMC, plusieurs femmes, personnes
handicapées et responsables de la communauté ont manifesté leur intérêt cette forme de pratique agricole en milieu urbain.
Le caractère innovant du projet réside en le fait qu’il met en œuvre l’apport de femmes handicapées face aux problèmes qui menacent la biodiversité, touchent l’utilisation des produits chimiques et les changements climatiques. Au bout du compte 20 femmes handicapées moteur auront par ailleurs augmenté de manière substantielle leur autonomie par une pratique culturale qui allie l’utile (culture de légumes et aromates sains pour la cuisine) et l’agréable (la beauté des pots et des bacs qui encourage une forme particulière de l’esthétique urbain)
 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
Association des Personnes Handicapées Moteur du Cameroun
Country:
Cameroon
Area Of Work:
Biodiversity
Land Degradation
Grant Amount:
US$ 20,000.00
Co-Financing Cash:
Co-Financing in-Kind:
US$ 20,155.14
Project Number:
CMR/SGP/OP6/Y5/CORE/PWD/2019/04
Status:
Satisfactorily Completed
Project Characteristics and Results
Policy Impact
Ce projet participe au grand objectif d’autonomisation économique de la femme en général et de la femme handicapée en particulier. L’autonomie économique est l’une des conditions importantes capables de stimuler la participation efficiente des bénéficiaires à la vie publique et politique de leur communauté. Au bout de compte ces bénéficiaires pourront librement contribuer selon leur choix à la vie publique par le paiement des sommes nécessaires pour les dossiers de candidatures par exemple.
Capacity - Building Component
La mobilité et l’accessibilité sont les principaux challenges des bénéficiaires de ce projet. La majorité d’entre elles ont des difficultés à se mouvoir rapidement, à entreprendre personnellement ou indépendamment d’une tierce personne. Des causeries éducatives, des conseils en leadership et développement personnel sont envisagés dans la carde de ce projet.
+ View more
Indicators
Biophysical
Number of innovations or new technologies developed/applied 1
Empowerment
Number of women participated / involved in SGP project 20
Biophysical
Number of innovations or new technologies developed / applied 1
Livehood
Number of individuals (gender diaggregated) who have benefited* from SGP project 20

Grantee Contact

Mrs Alphonsine Florentine TCHOKOTE
Phone: +237 694325298/ 656636224
Email: florentiedonfack@yahoo.fr
 

Address

Chapelle Simbock
Yaoundé , Centre , 1680

SGP Country office contact

Ms. Mpeck Nyemeck Marie-Laure
Email:
Mr. Fogué Aimé Kamga
Phone:
(237) 22 20 08 00/22 20 08 01
Email:

Address

c/o UNDP Office, P.O. Box 836
Yaounde