Amélioration des moyens de subsistance des communautés à travers une gestion participative de leur forêt
Amélioration des moyens de subsistance des communautés à travers une gestion participative de leur forêt
On estime que 1,3 milliard de personnes, soit environ un cinquième de la population mondiale, tirent des avantages directs et indirects de la forêt et des arbres, sous forme d’emplois, de produits, de contributions aux moyens de subsistance et de revenus. Les ménages ruraux vivants à proximité des forêts tirent jusqu’à 22 % de leur revenu du bois et des ressources non ligneuses. Les travaux de recherches consacrés aux individus disposant d’un accès aux forêts montrent que les ressources forestières permettent à environ une personne sur 11 de sortir de l’extrême pauvreté. La production du charbon de bois et l’agriculture font partie des causes de la déforestation en Afrique Centrale et particulièrement au Cameroun. Les communautés rurales au Cameroun dépendent largement des forêts pour tout, de leurs besoins nutritionnels et médicinaux au combustible pour la cuisine. De vaste étendu de forêt sont souvent dévastées pour l’agriculture par les paysans. L’agriculture qui y est pratiquée est une agriculture itinérante sur brulis à très faible rendement. Cette situation n’est pas différente dans la région du Sud Cameroun plus particulièrement dans la Lokoundjé où l’exploitation abusive des essences forestières est l’apanage des populations. L’agriculture extensive avec labour du sol est l’activité pratiquée par environ 30% de la population et constitue la seconde activité génératrice de revenue avec un faible revenu mensuel (27 000 FCFA/mois). Ceci est dû au manque de formation des producteurs, l’accès limité aux semences améliorées, et aux intrants agricoles, une faible capacité organisationnelle et financière des producteurs. Les principales cultures sont : le manioc, le bananier plantain, l’igname, le macabo, l’arachide, le concombre et le maïs. La culture des maraichères n’est pas une pratique encrée dans la localité bien que pouvant leurs permettre d’accroître leurs revenus. La restauration des arbres à travers le reboisement n’est non plus pratiquée par les populations de cette localité.
Le projet proposé au financement du GEF SGP est une réponse à la problématique ci-dessus qui permettra aux communautés de Fifinda de gérer durablement leur forêt afin de contribuer à la lutte contre les changements climatiques et la dégradation des terres. Il s’agira de mettre en œuvre des initiatives d’agroforesterie adaptées et centrées sur les fruitiers, essences à croissance rapide et l’horticulture. Ce projet est une idée tirée du deuxième projet de gestion durable et participative des énergies traditionnelles et de substitution (PROGEDE II) mis en œuvre au Sénégal à travers le financement de la banque mondiale et le fonds nordique de développement. Le PROGEDE II a mis un accent particulier sur les AGR en occurrence l’horticulture qui a été le substitut de la déforestation pour la fabrication du charbon. En 1 an, l’horticulture a permis aux villages de gagner 10 millions de FCFA. Cette idée sera dupliquée au Cameroun dans la commune de Lokoundjé, village de Fifinda. Le projet que nous proposons mettra un accent sur l’implication des femmes et des jeunes dans l’atteinte des objectifs. L’horticulture est une plus-value ici car elle permettra de limiter la surexploitation des ressources forestières. Les espaces situés non loin des cases seront transformés en agro forêt où seront introduits des arbres fruitiers et essences forestières à croissance rapide tout en produisant des maraichères pour nourrir les ménages et commercialiser l’excédent dans les marchés voisins comme celui de Kribi et Edéa. Il faut préciser que le sol ne sera pas labouré que ce soit dans le cadre du reboisement ou de la production des maraichères afin d’éviter de dégrader le sol. Les fertilisants organiques tels que la fiente seront utilisés prioritairement dans le cadre de ce projet.
 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
ACTION FOR SUSTAINABLE DEVELOPMENT
Country:
Cameroon
Area Of Work:
Biodiversity
Climate Change Mitigation
Land Degradation
Grant Amount:
US$ 22,216.00
Co-Financing Cash:
US$ 11,197.00
Co-Financing in-Kind:
US$ 11,108.00
Project Number:
CMR/SGP/OP6/Y4/CORE/SFM/18/04
Status:
Satisfactorily Completed
Project Characteristics and Results
Emphasis on Sustainable Livelihoods
A travers l’adhésion et la participation des hommes, femmes et jeunes de Fifinda, près de 4 000 plants d’arbres fruitiers (safoutiers, avocatiers, lemons, mandariniers, corossoliers, etc… ont été produits en pépinière avec par les communautés avec l’appui technique d’ASD. Environ 4 000 plants de Produits forestiers non ligneux tels qu’Irvingia gabonensis (Andok), Ricinodendron heudelotii (ndjancang), ont aussi été produits par ces communautés grâce à l’appui technique d’ASD. Une parcelle pilote de 2 ha de ces arbres fruitiers et PFNL a été mise en place à Fifinda. Plus de 5 ha de forêts dégradées ont été restaurées avec les arbres produits par les communautés grâce à notre encadrement. Le projet ayant pour objectif d’améliorer les conditions de vie des populations en leur offrant des alternatives en terme d’AGR, les femmes et les hommes de cette localité ont été accompagné sur 2 aspects prioritaires : - la production des cultures maraichères. Après les formations, 6 parcelles pilotes de superficie moyenne cumulée de 1 ha ont été mises en place par les volontaires. Les spéculations tels que piment, gombo, folong, etc… ont été plantés. Les produits issus de ces parcelles ont été commercialisés soit dans le village, soit dans la ville de Kribi voisine. Les revenus issus de ces ventes ont permis à certaines femmes d’acheter les des ustensiles de cuisine, de la nourriture (vivres frais, poissons et viande), certains hommes ont payé les frais de scolarité de leur enfants et d’autres ont pu avoir de quoi donner de l’argent de poche à leurs enfants pendant les classes. - Production des plants en pépinière. Au départ les pépinières devait servir à la production des plants pour la restauration des parcelles dégradées et mises en place des parcelles agroforestières. Au cours du projet certains bénéficiaires se sont pleinement impliqués au point où ils ont produits des plants qu’ils ont vendu. Au vue de ces nouvelles rentrées financières, leurs pépinières ont été étendues afin de répondre à plusieurs autres commandes de plants fruitiers. Les bénéfices issus de ces ventes ont permis de payer la scolarité des enfants et se nourrir dans quelques ménages. L’un de nos bénéficiaires nous a d’ailleurs présenté un congélateur qu’il a acheté grâce à la vente du piment et des plants de d’arbre fruitier.
Capacity - Building Component
Après une évaluation participative couplé à plusieurs causerie éducative avec les communautés de la zone d’intervention du projet. Des besoins de formation spécifiques ont été évoqués et retenus pour renforcer leur aptitude dans le domaine des cultures maraîchères, sur les techniques de production d’arbre fruitiers, les techniques de récoltes durable des produits forestiers non-ligneux et enfin sur les techniques de pépinière.
+ View more
Indicators
Biophysical
Hectares of globally significant biodiversity area protected or sustainably managed by project 20
Empowerment
Number of women participated / involved in SGP project 250
Biophysical
Hectares of land sustainably managed by project 18
Livehood
Number of individuals (gender diaggregated) who have benefited* from SGP project 1500

Grantee Contact

Ms. Geneviève NDJIKI
Phone: (237) 695 258 126
Email: ndjikigen@yahoo.fr / asdcameroon@gmail.com
 

Address

rue Onambélé Nkou, sis derrière la DGSN face imprimerie colorix
Yaoundé , Centre , BP : 20302

SGP Country office contact

Ms. Mpeck Nyemeck Marie-Laure
Email:
Mr. Fogué Aimé Kamga
Phone:
(237) 22 20 08 00/22 20 08 01
Email:

Address

c/o UNDP Office, P.O. Box 836
Yaounde