Projet intégré de gestion durable des ressources naturelles et d’inclusion sociale pour la résilience au changement climatique dans les cantons de Bagalaf, OuroMesseré, Tankirou et Dambai
Projet intégré de gestion durable des ressources naturelles et d’inclusion sociale pour la résilience au changement climatique dans les cantons de Bagalaf, OuroMesseré, Tankirou et Dambai
La zone du projet est constituée de quatre Cantons de la Commune de Bogo. Il s’agit des Cantons de Bagalaf, Ouro Messeré, Tankirou et le sud de Bogo dont le Canton de Dambai. Ces cantons sont respectivement situés à 7Km, 5Km, 8Km et 40Km de la ville de Bogo. La Population totale de cette Commune est de 95 230 habitants composée des Peulhs, des Massa, de Mousgoums, des Mafa, des Toupouri et des Kanouri. Cette population est repartie sur 93 000 Ha avec une densité de 102 habitants/Km2. Les principales activités de ces populations sont l’agriculture et l’élevage. Cette population vit en majorité en milieu rural (78%). La commune de Bogo est dotée des ressources naturelles diversifiées avec des systèmes agricoles, des hydrosystèmes riches, des sols alluviaux riches (en dépit du climat sahélien), des pâturages diversifiés et un système culturel propice au tourisme qui constituent une base solide pour les activités économiques et le développement durable. Cependant malgré ses richesses naturelles, Bogo fait face à de nombreux défis environnementaux liés aux conditions climatiques pour lesquelles les populations sont faiblement résilientes. On peut noter parmi ces défis :
- L’insécurité alimentaire. La faible distribution de la pluviométrie se double d’une intensification des sécheresses pendant les trois dernières décennies (1972- 1973 et 1983-1985) avec une variabilité des précipitations pouvant atteindre 40 à 80%. Ces sécheresses survenant brusquement provoquent un assèchement des cultures et une baisse des rendements, et par conséquent l’encroutement superficiel et une diminution de la fertilité des sols : d’où la pauvreté qui touche plus de 50% de la population.
- La végétation naturelle a disparu de la plupart des cantons de Bogo. L’encroûtement des sols dus aux pratiques anciennes de feux de brousse, l’extension des pâturages, la péjoration climatique et l’érosion sont responsables de la dégradation de la qualité de sols, la diminution de leur productivité et de l’appauvrissement de la biodiversité. Les charges sédimentaires des cours d’eau pendant la saison des pluies sapent les berges, ravinent les versants et détruisent la qualité des sols et des eaux de surface.
En règle générale, l'utilisation des ressources du paysage est insoutenable. Les données de référence montrent que les engrais chimiques donnés aux populations pour la production cotonnière sont détournés au profit de l’agriculture vivrière. De plus, les berges, les bancs de sable et les vallées des cours d’eau sont cultivés ; la pêche artisanale est active dans les cours d'eau qui s'assèchent très vite parce que les berges ne sont pas boisées. On constate une réduction de la fertilité des sols, la rareté et la perte de la flore et la faune, l'érosion croissante et les inondations. Les causes profondes de ces problèmes identifiés sont la croissance démographique, l'absence de plans de gestion des hydrosystèmes et des écosystèmes herbacés, la consommation totale des ressources issues de l’agriculture, l'ignorance de l'importance des écosystèmes, le manque de compétence professionnelle et enfin le manque de moyens de subsistance durables y compris l’absence de crédit.
- Il faut aussi noter les effets de la déforestation et du déboisement que connait la Commune de Bogo. En effet, La pression démographique doublée aux besoins accrus en terres cultivables dans cette région où l’on atteint par endroits la saturation foncière, suggèrent d’examiner toute possibilité de remise en culture des terres dégradées.
- en fin la gouvernance administrative et institutionnelle qui se pose en termes de maîtrise du foncier, d’accès aux services sociaux de base (santé, éducation, eau). La capacité institutionnelle pour soutenir production et conservation est donc faible.

Quelques initiatives de reboisement ont été prises par certaines organisations locales à l’instar du GIC SAVERTE (Savane Verte), du GIC VODEBO (Volontaires de Développement de Bogo) et du GIC ESIMUT (Entraide et Secours Mutuel). Cependant, les différentes évaluations ont mis en évidence la faible implication des femmes, des jeunes et des agriculteurs pourtant impliqués dans les actions néfastes sur l’environnement et subissant aussi les méfaits des changements climatiques. En outre, il a été relevé une faible synergie d’actions entre les acteurs impliqués et surtout l’insuffisance des sensibilisations de ces acteurs sur les effets néfastes des changements climatiques.

La mise en œuvre de ce projet reposera sur une approche multi-acteurs permettant de créer un espace de concertation et de mise en synergie d’actions. Cette approche permettra aussi de développer le partenariat public-privé (PPP) entre la Commune de Bogo et les acteurs non étatiques dans la lutte contre la désertification et les changements climatiques.

La présente proposition du projet s’inscrit dans la stratégie de SGP pour la 5eme phase opérationnelle du FEM (OP5) qui vise à intégrer la conservation de la biodiversité et l'utilisation durable des ressources naturelles dans les zones de production, grâce à une gestion communautaire des ressources naturelles tout en tenant compte des impacts prévus ou connus du changement climatique.
Il faut en outre, noter qu’elle s’inscrit également dans la stratégie COMDEKS Cameroun qui va contribuer à la réalisation des objectifs OP5 comme suit :
- protection des paysages de production socio -écologiques au profit de la biodiversité et du bien-être humain ;
- maintien et reconstruction des paysages dans lesquels les ressources foncières et naturelles sont utilisées et gérées de manière plus durable ;
Les principales activités prévues par ce projet sont : sensibilisation et formation des bénéficiaires, promotion de l’adoption du biogaz comme source d’énergie domestique alternative au bois de chauffe et surtout la valorisation du digestat comme fertilisant pour réduire l’utilisation des engrais chimiques, mise en place et accompagnement des parcelles de démonstration, production d’oignon par les femmes.
 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
CELLULE D’APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL PARTICIPATIF INTEGRE
Country:
Cameroon
Area Of Work:
Biodiversity
Climate Change Mitigation
Land Degradation
Grant Amount:
US$ 32,167.00
Co-Financing Cash:
Co-Financing in-Kind:
US$ 30,806.00
Project Number:
CMR/COMDEKS/2014/05
Status:
Satisfactorily Completed
Project Characteristics and Results
Promoting Public Awareness of Global Environment
Durant la mise en œuvre du projet toutes les occasions seront saisies pour informer et éduquer les populations bénéficiaires. En juin 2014 à Tankirou et à l’occasion de la journée mondiale de la désertification, une grande rencontre publique s’ est tenue pour la sensibilisation sur les méfaits du changement climatique et présentation de mesures d’adaptation et d’atténuation telles les actions de reboisement ,d’utilisation des énergies alternatives au bois le foyer amélioré et le biogaz ,les mesures de restauration des sols par le digestat et la plantation des plants fertilisants
Project sustainability
La mise en place des structures locales tels que les Comités de Veille Environnementale (CVE) et l’implication des femmes et des jeunes dans ces comités est une responsabilisation des communautés dans la gestion et la préservation de l’environnement. Ces Comités pourront continuer à fonctionner même après le projet. Il dispose chacun des documents de base tels que les statuts et règlements intérieurs qui régissent leur fonctionnement. Ces comités bénéficient de l’appui du chef de poste forestier de Bogo. En outre, les membres de ces comités ont reçu des formations leur permettant de bien jouer leurs rôles. La redynamisation ou la création des pépinières locales représente une stratégie pertinente pour garantir une offre permanente et suffisante en plants de meilleure qualité nécessaire pour le reboisement dans la zone. En effet, les pépiniéristes de la zone du projet ont reçu des formations leur permettant de produire en permanence des plants en quantité et de qualité. Ces pépiniéristes bénéficient de l’appui de la Commune de Bogo. La formation des artisans locaux (les forgerons et potières) ainsi que la création des points de ventes des foyers améliorés constituent une source des revenus pour les bénéficiaires et rendra permanent l’existence des foyers améliorés dans la zone du projet. Cette activité est une source des revenus pour les pépiniéristes et les femmes potières. La mise en place des Associations pour la promotion des activités génératrices de revenus (AGR) dans le cadre de la gestion des fonds rotatifs et l’implication des autorités traditionnelles, la Commune et les services déconcentrés de l’Etat tel que la délégation de la promotion de la femme et de la famille est une stratégie d’amener les communautés à mieux gérer ces fonds et les rendre permanents. En outre, ces associations disposent des documents de base qui régissent leur fonctionnement. L’implication des services déconcentrés de l’état tels que la délégation d’arrondissement de promotion de la femme et de la famille de Bogo, le poste forestier de Bogo dans tous les processus est un atout garantir la continuité des activités après le projet.
+ View more
Indicators
Biophysical
Number of innovations or new technologies developed / applied 1
Biophysical
Hectares of land sustainably managed by project 4

Grantee Contact

Mr. GRABA Dominique
Phone: (237) 22 18 70 69/77 90 17 03
Email: domgraba@yahoo.fr
 

Address

Quartier Ouro-Dolé
Mora , Extrême- Nord , B.P. 96

SGP Country office contact

Ms. Mpeck Nyemeck Marie-Laure
Email:
Mr. Fogué Aimé Kamga
Phone:
(237) 22 20 08 00/22 20 08 01
Email:

Address

c/o UNDP Office, P.O. Box 836
Yaounde