Appui à la régénération et à la gestion durable des plantes médicinales pour la conservation de la biodiversité florale chez les communautés autochtones Bagyéli
Appui à la régénération et à la gestion durable des plantes médicinales pour la conservation de la biodiversité florale chez les communautés autochtones Bagyéli
La localité périurbaine de Kribi est constituée d’une grande forêt d’une biodiversité énorme pour la santé. De façon traditionnelle, les pygmées bagyélis qui y vivent utilisent les ressources de leur milieu naturel pour se soigner malgré l’implantation de la médecine moderne non loin des localités qu’ils habitent, c’est ce qui est désigné habituellement par le terme de pharmacopée consacré plus au système de soin des peuples non occidentalisés. Ce système de soin connaît des difficultés avec deux éléments nouveaux qui sont signalés par les Pygmées comme responsables de la perte de sa qualité : La déforestation (L’exploitation du bois à travers les concessions octroyées à des entreprises occidentales, malaisiennes ou chinoises. Les principales espèces exploitées sont l’Ayous, Abam, Acajou, Assamela, Doussié, Fraké, Sapeli, etc, puis les plantations de culture de rente, notamment les cacaoyers, palmiers à huile (SOCAPALM), hévéa (Hévécam), l’agriculture sur brulis et la chasse) et les changements climatiques (Le climat global est en train de subir de grandes modifications qui ont des conséquences au niveau local).
S’agissant des changements climatiques, elles affectent les essences forestières médicinales car depuis quelques décennies, le climat global est en train de subir de grandes modifications qui ont des conséquences au niveau local. Les zones où vivent les Pygmées, n’échappent pas à cette réalité, perturbations de découpages des saisons, les périodes de succession classique saisons sèches/saisons pluvieuses sont complètement chamboulées, ce qui a des conséquences sur le couvert végétal, une des principales bases de soin chez les Pygmées.
Le changement du rythme des saisons a des conséquences sur la floraison des plantes, utile au butinage des fleurs afin de fabriquer du miel, composante très courante dans le système des soins des Pygmées.
Autre problème entravant la pharmacopée : La délimitation du parc national de Campo Maan est l’exemple que brandissent ces peuples autochtones pour montrer leur marginalisation dans la prise des décisions étatiques et communal. Face à la perte de la qualité de leur système de soins pour les raisons sus évoquées, les Pygmées dépendent désormais beaucoup plus de la médecine moderne qui a un coût malheureusement pas à la hauteur de leur bourse, d’où augmentation de la mortalité. Dans cette optique, nous proposons le projet « Pharmacopée traditionnelle : Appui à la régénération et à la gestion durable des plantes médicinales pour la conservation de la biodiversité florale chez les communautés autochtones bagyélis ». Il a pour objectif global de contribuer au renforcement de l’implication des bagyélis dans la régénération, la conservation et la gestion durable des plantes médicinales de grande valeur dans la zone périphérique de Kribi pour l’amélioration et la valorisation de la pharmacopée traditionnelle, les sites du projets sont plus précisément les villages Bidou II et Bidou III, les communautés qui y vivent sont les Bomlafenda, ces villages sont situés à quelques kilomètres des plantations de la SOCAPALM – KIENKE et des plantations Hévécam.
 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
GLOBSUD
Country:
Cameroon
Area Of Work:
Biodiversity
Climate Change Mitigation
Grant Amount:
US$ 43,826.00
Co-Financing Cash:
US$ 1,988.00
Co-Financing in-Kind:
US$ 51,677.00
Project Number:
CMR/SGP/OP5/Y3/STAR/BD/13/07
Status:
Project Terminated Before Completion
Project Characteristics and Results
Gender Focus
- 4 agents relais membre de la communauté, dont 1 homme, 2 femmes et 1 jeune informent la communauté sur la gestion des plantes médicinales. - 05 femmes autochtones au moins bénéficiaires du fonds et au moins 15 autres femmes ont bénéficié et remboursé leurs emprunts. - 40 bénéficiaires, dont 20 femmes et filles mères au minimum présents aux formations en domestication des produits de l’agrobiodiversité à travers l’initiation à la production, la culture, la valorisation, la transformation et la conservation adéquate des produits. - 20 femmes et filles mères au minimum participent aux formations - 40 personnes au minimum formées en techniques de pépinières, dont 13 hommes, 17 femmes, 10 jeunes bagyélis. - 20 personnes au moins dont 10 hommes, 5 femmes et 5 jeunes participent au voyage d’échange.
Inovative Financial Mechanisms
- Création d’un fonds rotatif pour l’autonomisation des femmes et des filles mère de la zone de mise en œuvre du projet
+ View more

Grantee Contact

M. NDONGO MBIDA Frédérique
Phone: +237 33002867
Email: cmglobsud@yahoo.fr
 

Address

Quartier Obeck Derrière Résidence Commissaire SECUP
Mbalmayo , Centre , BP. 507

SGP Country office contact

Ms. Mpeck Nyemeck Marie-Laure
Email:
Mr. Fogué Aimé Kamga
Phone:
(237) 22 20 08 00/22 20 08 01
Email:

Address

c/o UNDP Office, P.O. Box 836
Yaounde