Projet d'appui a l'adaptation aux changement climatiques des communautes de Tamalolo par le renforcement du systeme de production
Projet d'appui a l'adaptation aux changement climatiques des communautes de Tamalolo par le renforcement du systeme de production
Le projet d’appui à l’adaptation aux changements climatiques de la communauté de Tamalolo par le renforcement des systèmes de production a pour objectif global la contribution à l’amélioration des conditions d’existence des communautés rurales du terroir de Tamalolo (Département de Tanout/Région de Zinder) par l’adaptation aux changements climatiques.
Le terroir de Tamalolo est situé à environ 35 km au nord de la ville de Tanout. Il est composé de 14 villages et tribus . sa population est estimée en 2009 à 2216 habitants dont 1093 hommes et 1123 femmes (RGP 2001) . Les femmes représentent 51 % de la population.
Les principales activités socio économiques de la communauté sont l’agriculture pluviale et l’élevage extensifs qui sont tributaires d’une pluviométrie annuelle qui varie de 150 à 300 mm.
Les principales cultures sont le mil, le sorgho, le niébé, le gombo et l’oseille.
L’élevage est pratiqué par les Peulhs et les Touaregs qui élèvent les bovins, les camelins, les caprins, les ovins, les asins et la volaille.
Les risques climatiques sont pratiquement présents en toute période de l’année. Il s’agit des sécheresses répétées pendant la saison hivernale (juin à septembre), les températures extrêmes, les vents violents qui soufflent pratiquement toute l’année mais plus violents en juin -juillet et de novembre à avril.
Les sécheresses répétées mettent les communautés dans la situation de vulnérabilité extrême avec notamment des productions céréalières et fourragères déficitaires environ une année sur deux, l’accès difficile à l’eau et l’insuffisance des pâturages aériens pour les animaux.
Ces sécheresses et ces vents violents ont également des conséquences néfastes sur les écosystèmes qui se traduisent par la dégradation des sols, la baisse de la nappe phréatique, l’assèchement rapide des mares, la perte des espèces végétales ligneuses et herbeuses particulièrement des espèces alimentaires laissant place aux épineux et aux espèces non consommées tels que Boscia senegalensis, le faible développement des espèces fourragères, la disparition des espèces végétales, la raréfaction des jeunes pousses…
La faune sauvage est également victime de la baisse de pluviométrie, des feux de brousse et des hautes températures qui détruisent les habitats et provoquent la mort des animaux. Il a été constaté que toutes les espèces de valeur ont disparu et/ou en voie de disparition.
Selon les projections faites par des études menées dans le cadre de l’élaboration du PANA, sur le long terme, « le changement climatique est susceptible d'entraîner une augmentation des températures moyennes, de plus en plus la variabilité des précipitations, et de plus en plus l’évapotranspiration et l'aridité. Le changement climatique aura un impact sur les écosystèmes aussi bien naturels qu’agropastoraux, l’érosion accrue des sols et la diminution de la disponibilité en eau. Cette situation accroîtrait les risques de production et rendra hypothétique la survie des communautés tributaires de ces ressources naturelles ».
Pour aider les populations à mieux s’adapter aux effets du changement climatique, le projet va travailler sur l’intensification et la diversification de la production agro-sylvo-pastorale. Ceci permettra aux producteurs de se soustraire progressivement de l’état d’urgence et d’assistance dans lequel ils se trouvent en améliorant quantitativement et qualitativement leurs productions. Ainsi le projet travaillera sur l’amélioration des systèmes de productions sous pluie et l’introduction de l’irrigation goutte à goutte.
L’eau étant le facteur limitant aux actions de développement à Tamalolo où les potentialités en eaux de surface sont faibles et celles souterraines sont profondes (70 à 100m de profondeur), il est prévu le fonçage de deux puits traditionnels améliorés et le renforcement de deux anciens puits traditionnels.
L’irrigation goutte à goutte concernera les groupes sociaux vulnérables notamment les femmes, qui seront organisées autour de deux sites maraîchers d’environ un hectare chacun. Chaque site sera installé autour d’un puits pour environ 150 producteurs, avec des parcelles individuelles de 60 m2 (3 kits de 20 m2) .
Les activités d’adaptation aux effets du changement climatique prévues dans le cadre du projet sont les suivantes :

-Développement de technologies simples de conservation des eaux et du sol ;
-Appui en intrants agricoles (semences, fongicides) ;
-Lutte contre les ennemis de cultures ;
-Création, aménagement et mise en valeur de deux sites maraîchers ;
-Organisation régulière de sessions de sensibilisation
L’appui en intrants agricoles vise à mettre à la disposition des communautés des semences améliorées (mil, sorgho, niébé) adaptées à la zone (cycle court, résistante à la sécheresse) et des fongicides. Le choix des variétés se fera en étroite collaboration avec la communauté et le service compétent.
Les mesures d’adaptation réduiront les risques de changement climatique de la façon suivante :
-L’introduction de la technologie des Zai et demi-lunes agricoles permettra d’exploiter les terres incultes et de restaurer les sols dégradés pour améliorer la biodiversité.
-La construction des cordons biologiques va diminuer l’ensablement des terres agricoles.
-Formation, équipement et encadrement des brigadiers phytosanitaires pour lutter contre les invasions acridiennes et les autres ennemis de cultures, phénomènes fréquents dans cette zone et qui correspondent aux prévisions du PANA.
-L’irrigation à faible coût sera introduite comme nouvelle stratégie d’adaptation alternative à certaines activités telles que l’exode mais aussi pour diversifier la production agricole et améliorer les revenus monétaires des producteurs.

 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
CRAC-GRN/SOS Sahel
Country:
Niger
Area Of Work:
Community Based Adaptation
Grant Amount:
US$ 49,023.00
Co-Financing Cash:
US$ 4,624.00
Co-Financing in-Kind:
Project Number:
NER/CBA/2010/01
Status:
Satisfactorily Completed

Photo Gallery

Indicators
Biophysical
VRA1: Vulnerability to present climate change hazards 10
Biophysical
VRA2: Efficacy of coping mechanisms to current climate risks 10
Biophysical
VRA3: Vulnerability to future, anticipated climate hazards 10
Biophysical
VRA4: Efficacy of coping mechanisms in face of projected climate change 10

Grantee Contact

Mr Amadou BACHIR
Phone: +22796594880
Email: crac-grn@crac-grn.com
 

Address

COMMUNAUTE URBAINE DE ZINDER
Zinder , Zinder , BP 160

SGP Country office contact

Mr. Bassirou DAN MAGARIA
Email:

Address

Avenue Mali Bero à coté de la station TOTAL
Niamey, CUN, B.P. 11207